22 OCTOBRE – SPECTACLE « NASS » (CIE MASSALA) – CHAI DU TERRAL

22 OCTOBRE – CHAI DU TERRAL
NÄSS (LES GENS)
CRÉATION 2018
CIE MASSALA


SPECTACLE NASS

Sept hommes exaltent la puissance du collectif dans une danse intense et acrobatique. Leur moteur ? Le rythme ! Incessant, obsédant, il fait surgir l’ébullition et insuffle l’énergie aux corps. Näss est un dialogue entre les danses et musiques traditionnelles d’Afrique du Nord, qui ont bercé l’enfance du chorégraphe, et leur réécriture à l’aune des cultures urbaines qu’il a découvertes et embrassées en France. À la lisière entre le profane et le sacré, entre la modernité effrénée et l’attachement aux rites qui lui font encore rempart, Näss ose et confronte ces états de corps contradictoires, et affirme le syncrétisme de la dimension populaire et urbaine de la danse hip-hop. Elle interroge ses racines et propose de les replacer dans son cheminement jusqu’à nos pratiques actuelles. Les cadences des danses traditionnelles marocaines et le mysticisme de la tradition Gnawa, ont été des sources d’inspiration essentielles. Näss revêt donc une dimension universelle, la quête permanente des hommes vers un ailleurs, spirituel ou physique avec comme langage commun le rythme, celui qui unit et déplace les corps. Fouad Boussouf revendique ainsi haut et fort une danse hip-hop connectée à ses racines tribales et africaines.
«L’histoire du célèbre groupe Nass el Ghiwane* des années 70 au Maghreb a été un élément important dans mon inspiration. Les textes et le langage employé de ce groupe m’ont rappelé l’étrange lien qui pouvait exister avec le courant contestataire du rap et la culture hip-hop de cette même époque aux États-Unis. Dans leurs textes, j’ai découvert un hip-hop plus incarné, empreint de traditions ancestrales, toujours vivace car profondément habité. J’ai composé Näss comme un souffle, à la fois physique et mystique, qui me rappelle la nécessité d’être solidement ancré à sa terre pour mieux en sentir ses vibrations.» Fouad Boussouf
« Être un Ghiwane c’est d’abord une coutume ancestrale qui permet à des gens, reconnus pour leur probité et leur faculté, de décrire avec simplicité le quotidien de la vie à travers les mots et la gestuelle. Ces chantres et troubadours transmettaient de village en village leur sagesse, grâce aux seuls moyens en leur possession, le théâtre sous forme de Halqa et la chanson. » Khalid Benslimane, «L’Hâl ou La transe cabalistique du phénomène El Ghiwane», 2004
Halka : troupes qui se donnent en place pubique où ils forment des cercles de spectateurs (halka), à côté d’autres cercles, conteurs, charmeurs de serpents, acrobates… Marrakech et la place Jemah el Fna perpétue touours cette tradition.

* Le mot «näss» signifie «les gens» en arabe, en référence au célèbre groupe Nass el Ghiwane (Les gens bohèmes) qui a fait connaître la culture gnawa dans les années 70 avec le mouvement hippie. Les textes poétiques et anticonformistes ont valu aux membres du groupe plusieurs passages en prison, mais ont permis l’émergence du rap marocain, porteur de textes engagés, en écho au modèle américain.

Teaser : https://www.youtube.com/watch?v=68WskOLE2qM&